Jacques René CHEVALIER.

Né à Fresnay (72) .............................. 9 décembre 1734

Décédé à St-Aubin de L. (72) ........... 12 février 1812

Cultivateur à Saint-Aubin de Locquenay.

Élu 8e député à la Convention, le vendredi 7 septembre 1792, au 3e tour, à la majorité absolue, avec 334 voix des 541 votants.

Électeur de S. Aubin de Locquenay, canton de Fresnay, district de Fresnay.

Image1signature

Discours de Chevalier :

« MM. je vous remercie de la confiance dont vous m’honorez je ne fais point de compliment je vous promet de vous etre fidelle jusqu’a la mort. »

 

‣ Réponse de Philippeaux, président de l’assemblée électorale :

 

« Respectable cultivateur, sous l’ancien regime, vous eussiez a peine obtenu un regard dédaigneux des insolens valets du despotisme. les tems ont bien changé. aujourd’hui que la vertu et le merite personnel ont seuls droit aux honneurs civiques, vos concitoyens vous elevent aux postes le plus emminent, a la premier dignité de l’etat. les amis de la liberté et de legalité desiroient qu’il y ait au moins un deputé de chaque departement parmi la classe précieuse des cultivateurs, afin que legalité ne fut pas un vain nom. ce voeu est exaucé pour notre departement, et la philosophie s’en rejouit avec complaisance. il peut se faire qu’au sein des travaux rustiques, les moyens d’instruction ayant été pour vous rares et difficiles ; mais en recompense les cultivateurs ont plus d’esprit naturel, de bon sens et de droiture. la candeur et la probité regnent au sein des villages ; les moeurs y sont patriarchales et pures, tandis que les lumieres du citadin sont presque toujours accompagnées de vices. l’assemblée electorale a saisi ces grandes vérités avec un discernement qui l’honnore. elle defere a votre patriotisme une couronne civique qu’il est doux et flatteur de meriter. vous remplissez ses voeux par votreacceptation. »

‣ Député à la Convention nationale.

‣ Vote lors du procès de Louis Capet :

– Coupable de trahison ? « Oui. »

– Jugement soumis à la ratif ication du peuple ? « Oui. »

– Peine encourue ? « La détention pendant la guerre ......

puis le bannissement à la paix. »

– Sursis à exécution de la peine de mort ? « Oui. »

‣ Démissionne de la Convention le 16 pluviôse an II (4 février 1794) pour «raison de santé ». Remplacé par le 2e suppléant, Bernard-Pierre Lehault, il revient siéger avec son suppléant après thermidor, en 1795.

‣ Maire de Saint-Aubin de Locquenay.

‣ Auteur d’une Opinion sur la religion catholique :

« …Peut-on nier que la morale évangélique est l’âme et la force de la société ; qu’elle oblige à respecter les autorités légitimement constituées, les personnes et les propriétés… L’homme qui n’a point de religion ne mérite pas la confiance publique… J’ai entendu, avec peine, des membres de la Convention proposer de réduire les paroisses à une par canton… »

Image2 opinion