Ossements des jacobins

Charnier des Jacobins au Mans

Ouest-France a fait paraître ces derniers jours plusieurs articles sur les ossements trouvés sur le site des fouilles archéologiques des Jacobins : «Inhumer ou pas, commémorer ou non ? Un dossier sensible», ou encore : «La Vendée prête à accueillir les ossements du Mans» et «Ossements du Mans : d’autres réactions».

Comme par hasard, les seuls points de vue exprimés sont ceux du président du conseil départemental de la Vendée réclamant les ossements pour l’Historial de la Vendée, aux Lucs-sur-Boulogne, de l’association "Vendée militaire" proposant la sépulture aux Mont des Alouettes, «lieu religieux et déjà commémoratif», ou des fils et filles (sic) des victimes demandant «un fonds public d’indemnisation du génocide vendéen» pour une recherche ADN.

Quel est le sens de cette offensive des nostalgiques de l’Armée catholique et royale ?

Ils cherchent en fait à faire des insurgés contre la République des martyrs et des objets de culte et de prières commémoratives.

Leur objectif n’est-il pas de criminaliser la République afin de faire oublier les crimes de leurs ancêtres frappant dans le dos la République alors engagée dans une guerre extérieure contre les rois d’Europe?

De plus , il s’agit  d’une tentative d’appropriation des dépouilles qui seraient selon ces réactionnaires : "vendéennes", alors que la "Vendée militaire" n’est qu’une escroquerie dans les termes mêmes puisqu’elle s’est déroulée sur quatre départements sans oublier les chouans et les bretons, voire aussi quelques canonniers allemands, qui se sont agglomérés à l’Armée catholique et royale lors de la virée de Galerne. De plus, la bataille acharnée du Mans a laissé dans les rues de la ville des centaines de cadavres, des "Blancs" et des "Bleus", qui, dépouillés de leurs habits, furent jetés ensemble dans les fosses communes. D’ailleurs l’examen scientifique des fouilles archéologiques conduit par Élodie Cabot a démontré l’impossibilité de déterminer qui était qui.

L’Assemblée Générale de la SARF72 a décidé, le 30 janvier 2016 :

Bataille du Mans

 

  • " d’adresser au Directeur du journal Ouest-France un article donnant le point de vue de la SARF ;
  • " de s’adresser au Maire du Mans et au Directeur de la Direction Régionale des Affaires Culturelles quant au  devenir de ces ossements, qui, appartenant désormais à l’histoire archéologique du Mans, devraient être conservés par la Direction générale des affaires culturelles (DRAC).